Pour mieux comprendre notre environnement, approcher la complexité de notre société et dépasser le sens commun. Se donner les outils pour agir …

 

 

Économie  

Pierre BELLEC – Économiste

 

1er cycle : L’Union Européenne, une chance à saisir

C’est bien une chance à saisir que représente l’Union Européenne qui a vu le jour en 1993 et qui a pris la suite de la Communauté Economique Européenne (CEE), laquelle avait été créée par le traité de Rome du 25 mars 1957. Et pourtant, 60 ans après ce traité historique et 18 ans après l’entrée en vigueur de l’euro, l’Union Européenne donne l’impression de se sentir abandonnée. Cette belle construction de l’Europe est aujourd’hui en train de payer sa déconnexion du terrain, du monde réel. Le Brexit en est l’illustration. Le temps est venu de saisir cette chance qu’est l’Union Européenne en lui donnant un sens compréhensible de tous.

Samedi 7, 14 et 21 octobre 2017 de 10h00 à 12h00

 

2ème cycle : Protectionnisme ou libre-échange

Le choix politique à opérer entre le protectionnisme et le libre-échange relève de l’économie politique. A ce titre, il a une importante dimension idéologique puisqu’il relève du problème plus large de la régulation des marchés, ce qui conduit à des réponses différentes, selon la confiance que l’on fait aux mécanismes de marché. Ceci étant, il serait simpliste de poser le problème en termes de choix radical à opérer entre le tout-protectionnisme et le tout-libre-échange. Concrètement, il s’agit plutôt de déterminer jusqu’où aller dans l’ouverture et la régulation des échanges internationaux, ainsi que les critères qui doivent guider la politique commerciale.

Samedi 18 et 25 novembre 2017 de 10h00 à 12h00

 

3ème cycle : Dette publique, Austérité, Chômage, Pauvreté en hausse

L’enchaînement dette publique, austérité, chômage, pauvreté en hausse qui retient notre attention demande à être démystifié au nom du développement humain. Dans une situation de mutation sociétale comme aujourd’hui, la dette publique est souvent utilisée comme épouvantail pour faire peur aux populations et les culpabiliser : « ce sont nos enfants qui devront rembourser la dette ». Comme le but poursuivi par les tenants de ce courant de pensée est d’accréditer la mise en place de cures d’austérité, ce sont les dépenses publiques de fonctionnement et d’investissement qui sont les premières victimes de la politique de forte réduction des dépenses. Or dans une situation de récession économique, les ménages font des épargnes de précaution, consomment peu et les entreprises investissent peu : d’où moins de demande … Voici venu le temps de s’ouvrir au bien commun et au développement humain en compagnie de John Maynard Keynes, de Pierre Mendès-France, de Joseph Stiglitz et Paul Krugman.

Samedi 9 et 16 décembre 2017 de 10h00 à 12h00

 

4ème cycle : Les inégalités contre le développement 

Les études menées en France et dans les pays développés dans les années 1990, 2000 et 2010 confirment ce que les militants associatifs et les travailleurs sociaux savent déjà depuis des années : la forte dégradation de la situation sociale et la forte hausse de la pauvreté et des travailleurs pauvres. Les informations disponibles sur les pays émergents vont dans le même sens. Le critère économique (salaire ou revenu) est le plus souvent utilisé dans l’approche des inégalités, tant la notion de sécurité économique est centrale. Ceci étant, l’économie n’est pas tout et il convient de prendre en compte la multi dimensionnalité des inégalités qui concernent le travail, l’éducation la culture, la santé, le logement, le face à la justice, … Une attention particulière sera apportée à la pauvreté en forte progression.

Samedi 13 et 20 janvier 2018 de 10h00 à 12h00

 

Tarifs :

35 € par cycle + adhésion

60 € : 2 cycles

90 € : 3 cycles

115 € : 4 cycles

 

Histoire Contemporaine  

Maurice LUCAS – Professeur d’Histoire

 

1er et 2ème cycle – Les IVème et Vème Républiques

La Vème République est aujourd’hui quasi-sexagénaire. Fondée par la Constitution de 1958, adoptée massivement par les Français, elle succédait à une IVème République née d’une Loi fondamentale adoptée de justesse et porteuse d’une instabilité politique qui marqua ses 12 années d’existence. Alors que le caractère de monarchie élective de la Vème République est aujourd’hui contesté, faut-il rééquilibrer notre jugement ? La IVème République ne fut-elle pas seulement celle du jeu des partis et des guerres coloniales, mais aussi celle de la reconstruction du pays? La Vème République ne s’épuise-t-elle pas dans une crise économique interminable alors que l’instauration du quinquennat, sous prétexte démocratique, déséquilibre profondément les institutions ?

Du 28 septembre au 30 novembre 2017, les jeudis de 19h00 à 21h00

 

3ème cycle – Le monde arabe depuis 1945

La situation du monde arabe est aujourd’hui au cœur de nos inquiétudes. Moteur du processus de décolonisation après la Seconde guerre mondiale, de l’Afrique du Nord au Moyen-Orient, il s’est alors engagé dans un mouvement de modernisation dont les modèles, y compris sous couvert de socialisme, en référaient à l’Occident. Certains, en Irak, en Tunisie, en Egypte, en appelaient à la sécularisation des sociétés arabes. Ces transformations étaient portées par des régimes autoritaires.

Le « printemps arabe » a voulu les balayer, mais n’y est guère parvenu, à l’exception de la Tunisie. C’est un « printemps islamique », rejetant le modèle démocratique occidental qui paraît submerger aujourd’hui toute une partie du monde arabe. Est-ce lui qui déterminera désormais l’avenir de ce monde, ou d’autres voies s’ouvrent-elles à lui

Du 11 janvier au 1er février, les jeudis de 19h00 à 21h00

 

4ème cycle – Les extrêmes droites en Europe?

La France n’est pas le seul exemple d’un pays sensible à une volonté de renfermement et d’exclusion, très imparfaitement désignée sous le terme de « populiste ». Ces attitudes politiques se retrouvent partout en Europe, depuis le Ukip au Royaume Uni lors du Brexit jusqu’au néos-nazis d’ « Aube dorée » en Grèce, en passant par les Pays-Bas, l’AfD en Allemagne, l’Autriche, les pays du groupe de Visegrad en Europe Centrale et Orientale, la Ligue du Nord italienne… Ils ne sont pas tous semblables, des nuances, voire des ruptures les distinguent les uns des autres. Mais ils sont tous animés par une puissante volonté de rejet à l’égard de tout ce qui est étranger à leurs peuples respectifs. Quel peut- être aujourd’hui leur avenir dans une Europe affaiblie, dépourvue de véritable légitimité politique, trop souvent résumée à sa doxa libérale?

Du 15 mars au 5 avril, les jeudis de 19h00 à 21h00

 

 

Tarifs :

35 € par cycle + adhésion

70 € : 2 cycles

100 € : 3 cycles

125 € : 4 cycles